Le Numérique, en un clic!

20 mars 2018

Édito

Le Numérique, ce sujet d’actualité fait rage en ce début de 21ème siècle. En effet, son influence dans notre société laisse place à de nombreux questionnements.

Les « digital migrants » ont vu leurs habitudes de vie changer avec l’apparition du numérique et sont généralement opposés au développement de celui-ci. Les « digital natives », eux, sont nés pendant le développement du numérique et ont appris à vivre avec. Ils sont de fervents utilisateurs du numérique et veulent plutôt qu’il s’impose dans la société.

De plus, les « digital natives » arrivent sur le marché de l’emploi. Ils ont du mal à se faire entendre dans les entreprises dans lesquelles ils travaillent alors qu’ils sont plein d’idées innovantes. Ils peuvent proposer des concepts intéressants aux entreprises car ils sont les plus « concernés » par le numérique.

Le numérique s’impose notamment dans les écoles et sur les marchés, avec les grandes firmes comme Apple, Samsung, Facebook

Dans le cadre d’une société de plus en plus « connectée », on peut se demander quelle place occupent les « digital natives » dans la société. Pour répondre à cette question, nous commencerons par regarder quelle est la place du numérique dans la société. Puis, nous étudierons les doutes suscités par le Numérique. Ensuite, nous verrons concrètement que le numérique prend place partout, notamment à l’école. Finalement, nous verrons comment les « digital natives » font face à la vie réelle.

Pour conclure cet édito, on peut se demander si l’avancée du Numérique va se stabiliser ou s’il va continuer de se développer. On peut aussi se poser la question de son impact futur sur les sociétés, s’il est voué à se développer.

"Fracture Numérique"; Simoncaruso.com

Posté par BTSGPN2017 à 16:59 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


02 avril 2018

I-La place du Numérique dans la société et son utilisation par les jeunes

Le passe-temps Numérique et ses effets

Le Numérique est devenu un sujet inévitable dans notre société actuelle. Son utilisation massive, notamment par les « digital natives », montre son intérêt aux yeux de la population mondiale. De nombreuses conférences ont lieu pour aborder le sujet. C’est dans l’ère du temps et on doit l’apprivoiser pour pouvoir évoluer correctement avec lui. Lors des conférences, on peut en savoir plus sur le Numérique et son impact. Celle tenue par « L’École des Parents et des Éducateurs » Aix et pays d’Aix nous montre une place importante des NTIC (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication) auprès des jeunes. En effet, lors de cette conférence, on apprend de nombreuses statistiques qui révèles que le Numérique est omniprésent au sein de la jeunesse. 74% des adolescents déclarent posséder une tablette numérique, 84% une console de jeu… On retrouve également une installation généralisée d’un outil « indispensable » aujourd’hui : Internet. 99% des 15-24ans déclarent posséder une connexion internet. C’est énorme ! De plus, la culture Numérique vient remplacer celle du livre, amenant ses côtés positifs et négatifs. Le Numérique est un moyen de « s’évader » pour les jeunes désormais, plus que le livre traditionnel qui favorise « l’apprentissage par cœur ». Les jeunes jouent et communiquent grâce aux nouvelles technologies. Elles représentent aussi leur moyen de se cultiver et de travailler. Malheureusement, la culture numérique favorise une chose : le « zapping ». Effectivement, les jeunes ont tendance à vouloir aller très vite et analysent des informations de manière brève et ponctuelle, en « jetant un coup d’œil ». Cela expliquerait peut-être pourquoi la jeunesse lit moins. Elle est habituée à des informations plus « audiovisuelles » et n’est pas entrainée à une lecture correcte et adaptée. L’évolution des choses va probablement accentuer le phénomène de « zapping ». Mais, cette méthode moderne sera peut-être plus adaptée dans les années futures.

Le Numérique est donc omniprésent, mais, on observe surtout un impact important de celui-ci auprès de la jeune génération Z, autrement appelés les « digital natives ». Ils sont nés avec l’essor de celui-ci et en sont de fervents utilisateurs. Il leur permet de nombreuses choses et représente leur outil principal pour évoluer dans la société du 21ème siècle. 

« Observatoire du Numérique »; entreprises.gouv.fr

Posté par BTSGPN2017 à 23:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

I-La place du Numérique dans la société et son utilisation par les jeunes

Le « serious gaming » comme nouvelle méthode de recrutement

Quand on entend Numérique, on pense tout de suite aux ordinateurs et autres nouvelles technologies. Pour les jeunes (et certaines personnes moins jeunes), ce mot évoque également « jeux vidéo ».  Ceux-ci sont très utilisés de nos jours et très populaire au sein des populations. Ils ont eu un tel succès que de grandes structures comme EDF ou L’Oréal ont décidé d’en faire un nouveau moyen de recrutement. En effet, le jeu vidéo est désormais utilisé pour « tester » un potentiel futur employé, et lui accorder un entretien d’embauche en fonction de ses performances au jeu concerné. On appelle cela du « serious game ». Le gameplay (fonctionnement du jeu) est adapté en fonction de l’entreprise et a pour but de tester des capacités ciblées. On peut citer des noms de « serious game » tels que « Energy Task Force », « Reveal » … Ces « jeux » permettent de valoriser l’image de l’entreprise et de s’adapter aux futurs employés actuels. Ils consentent également à véhiculer une image « d’employé modèle », de structure responsable et de s’assurer que la personne testée connait bien l’entreprise concernée et est en adéquation avec son fonctionnement et ses idées. Cette nouvelle méthode de recrutement est très originale et devrait donner des résultats car elle s’adapte à son époque. Elle est déjà utilisée par des grandes entreprises, ce qui signifie quelque chose. Le Numérique prend sa place dans le monde du travail, en plus de la « numérisation » des données (telles que les archives etc…) sur informatique. Le « serious game » permet de détecter de « nouveaux talents » qui sont potentiellement des employés jeunes (« digital natives »). Cette méthode leur correspondrait parfaitement car le Numérique est leur outil principal et il leur permettrait une insertion dans le monde du travail, qui représente plus « le monde réel ».

On peut donc voir que le Numérique devient un outil pour les entreprises. Il est moderne et globalisé. Il a une place importante dans la société, allant même jusqu’à s’intégrer dans le monde du travail. C’est une très bonne utilisation de celui-ci qu’effectuent les entreprises car cela permet de s’adapter aux « digital natives », qui sont une grande partie des demandeurs d’emploi à venir. Ils vont pouvoir prouver leur « talent » sans être en difficulté car ils sont habitué à ce genre de choses.

« Transition numérique : les compétences manquent au sein des entreprises »;chefdentreprise.com

Posté par BTSGPN2017 à 23:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

I-La place du Numérique dans la société et son utilisation par les jeunes

Le rapport des jeunes et du Numérique

Le Numérique et la jeunesse, une grande histoire d’amour… Quand on voit le temps que les jeunes passent, de nos jours, sur les réseaux sociaux et autres « loisirs numériques » il y a de quoi s’inquiéter. C’est pourquoi on parle « d’ambassadeurs du Numérique » quand on aborde les jeunes et leur rapport avec les NTIC (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication). Les jeunes passent de moins en moins de temps à l’extérieur, et de plus en plus devant un écran. On entend donc parler d’addiction vis-à-vis des nouvelles technologies. Est-ce qu’une addiction existe vraiment ? Je pense pouvoir dire que oui, quand on voit que certaines personnes mettent en suspension leur carrière professionnelle, leur vie amoureuse ou même familiale pour pouvoir consacrer 100% de leur temps à des jeux vidéo par exemple. Certains individus vont même jusqu’à commettre l’irréparable pour qu’on les laisse profiter de leur loisir (meurtres aux États-Unis pour pouvoir jouer aux jeux vidéo). L’addiction au Numérique est donc bien réelle et on pense sérieusement que les jeunes peuvent en être victime. Il est donc nécessaire que les parents surveillent leurs enfants quant à l’utilisation des nouvelles technologies. Ils doivent autant limiter le temps d’utilisation que vérifier ce que leurs enfants vont consulter. Effectivement, même si internet est devenu un outil très pratique et quasi indispensable actuellement, il présente des dangers qui nécessitent une surveillance importante. Il faut être prudent lorsqu’on circule sur internet, sachant que de nombreuses informations qu’on choisit (ou non) de partager peuvent potentiellement être enregistrées.

On peut également aborder la jeunesse et les réseaux sociaux. Garçons et filles sont adeptes de ceux-ci, même si les filles y passent légèrement plus de temps (les garçons compensent avec les jeux vidéo, moins populaires chez les filles). Ces « lieux » sont très prisés par les jeunes car ils leur permettent de s’exprimer librement, de communiquer avec n’importe qui, de partager ce qu’ils veulent… La liberté qu’offrent les réseaux sociaux est le facteur attirant pour la jeunesse. C’est ce qui fait leur popularité. De plus, la possibilité d’incarner son « identité numérique », qui peut être différente de notre vraie identité, est aussi quelque chose qui semble séduire les jeunes.

« Technologie numérique »; reflets.asso.fr

 

I-La place du Numérique dans la société et son utilisation par les jeunes

Un emploi du Numérique à adapter

Désormais, nous allons un peu parler d’un professionnel du Numérique. Je voudrais vous en dire plus sur Serge Tisseron, docteur en psychologie, psychiatre et psychanalyste reconnu. Il étudie le rapport de la jeunesse avec le Numérique et a publié un ouvrage. Cet ouvrage se nomme « 3-6-9-12 ». Ces chiffres correspondent à des tranches d’âge. Monsieur Tisseron associe une « bonne » utilisation du Numérique à chaque tranche d’âge, selon lui. Dans son ouvrage, il donne également des conseils concernant l’utilisation du Numérique. Ce docteur explique par exemple qu’il est mauvais de placer une télévision dans la chambre d’un enfant car cela coupe de nombreux contacts avec sa famille. Il explique que le Numérique n’est pas un fléau mais qu’il doit être utilisé correctement. Effectivement, la télévision n’est pas un outil négatif car elle permet d’augmenter sa culture générale mais il est préférable de la regarder en famille. Cela permet aux parents de contrôler le contenu visionné par leurs enfants et de s’assurer que ceux-ci n’abusent pas de cet objet. Il serait donc plus judicieux de la placer dans le salon par exemple. Le docteur explique qu’il faut adapter l’utilisation du numérique en fonction du stade de l’enfant. Il dit que la télévision ne doit pas être consultée avant l’âge de 3 ans ; que l’enfant ne doit pas avoir de console avant 6 ans ; qu’il pourra utiliser internet après 9 ans et que les réseaux sociaux doivent être utilisés après 12 ans. Toutes ces déclarations sont fondées sur « l’indice de développement de l’enfant ». Monsieur Tisseron dit par exemple que la télévision ne doit pas être consultée avant l’âge de 3 ans car il sait qu’avant 3 ans l’enfant « a besoin de construire ses repères spatiaux et temporels » et que la télévision ne lui est pas adaptée.

En conclusion de cet article, le Numérique est un outil étudié par des professionnels. Il est donné comme un outil pratique et instructif, moderne mais qui doit être surveillé et adapté à chaque âge, surtout pour les plus jeunes (qui deviennent de potentiels utilisateurs du Numérique). Finalement, on voit que le Numérique a un impact global et qu’il touche tout type de population.

« Serge Tisseron : « Mères blogueuses, ne faites pas cadeau aux marques de votre vie de famille » »; la-croix.com

Posté par BTSGPN2017 à 23:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


03 avril 2018

II-Les doutes suscités par le Numérique

Le « Big-data » : espionnage au quotidien

Même si le Numérique est un outil moderne et très prisé, il présente des dangers. La popularité de celui-ci a forcément entrainé des dérives négatives. Ces dangers sont nombreux, et nous allons en aborder un en particulier ici. Je veux parler du « Big-data ». Le « Big-data » est la collecte massive de données. C’est un phénomène très présent actuellement : effectivement, toutes les technologies « connectées » (c’est-à-dire reliées à internet) récupèrent activement des données de l’ordre du public mais également du privé. Cela veut donc dire que des organismes s’approprient des informations personnelles qui nous concernent et les stockent, pour pouvoir les utiliser. Ces données sont très souvent revendues à des entreprises bien précises car elles sont analysées. Ces entreprises peuvent ensuite nous proposer des produits adaptés à nos goûts et en vendre un maximum. Cela représente donc un danger car notre vie privée est « exploitée » et utilisée à notre insu. Ce sont les « cookies » et autres mécanismes des sites internet qui récupèrent nos données. De plus, on peut ajouter que la possibilité d’avoir accès aux informations personnelles de n’importe qui représente un réel danger. En effet, des personnes malintentionnées pourraient récupérer des données dont elles auraient besoin et provoquer des problèmes.

Le « Big-data », phénomène généralisé, est donc un sujet sensible et qui peut porter à débat. Il est particulièrement « visible » dans certains endroits en particulier. Je veux bien évidemment parler des réseaux sociaux et autres sites de partage. Ceux-ci représentent une menace, un danger car de nombreuses personnes peuvent savoir des choses sur nous. Le fait de partager des détails de notre vie est dangereux pour notre propre personne car les réseaux sociaux, par exemple, utilisent ce fonctionnement de la « collecte massive de données ». Ces données sont ensuite revendues, comme évoqué précédemment.

Pour conclure, on voit que le Numérique présente des dangers bien marqués. C’est un outil quasi indispensable de nos jours, mais il faut penser à bien l’utiliser et à être prudent lorsque nous circulons sur la toile.

« Des PME bretonnes plus numériques »;themavision.fr

 

Posté par BTSGPN2017 à 00:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

II-Les doutes suscités par le Numérique

Des dangers multiples

Après avoir abordé un premier danger du Numérique, nous allons nous pencher sur un autre. Je souhaiterais vous parler plus précisément des jeux-vidéo. Ils ont la côte chez les jeunes et sont source de nombreux conflits, notamment entre parents et enfants. Comme j’en parlais dans un article précédent, les jeunes passent de moins en moins de temps à l’extérieur et de plus en plus les yeux rivés sur un écran.

D’un côté, des études ont montrées que les écrans permettraient un « meilleur » développement du cerveau (chez les enfants particulièrement) car il favoriserait les connexions cognitives en faisant travailler la vision et le toucher par exemple, mais de l’autre il pourrait provoquer des addictions, de la violence… Les addictions et la violence peuvent être reliées aux jeux vidéo, dont je vous parlais précédemment.

En effet, des addictions aux jeux vidéo existeraient. Celles-ci sont très mauvaise car elles isolent le sujet, coupe toute vie sociale et motivation pour autre chose que le loisir concerné. Les heures passées devant l’ordinateur, la tablette ou autre ne se comptent plus et la personne ne se rend pas compte du temps qu’elle accorde au(x) jeu(x). Les nuits sont courtes, donc le sujet accumule de la fatigue. Les journées sont passées en intérieur et sans aucune dépense d’énergie. En bref, on assiste à une perte de vie sociale et à une dépendance de la personne.

Pour ce qui est de la violence, elle serait due à tous les jeux qui prônent des actions très agressives. La liste de ces jeux est bien longue : « Call of Duty », « Grand Theft Auto » … Dans ces jeux vidéo, le joueur est amené à faire des choses très mal, ce qui le rendrait potentiellement plus « violent » dans la vie réelle. En voyant tous les vices effectués par les personnages des jeux, le sujet intègrerait que ce n’est pas si grave et deviendrait plus agressif.

On observe donc ici deux dangers supplémentaires qui viennent s’ajouter à une longue liste. Le Numérique nous rend vulnérable (et particulièrement les personnes qui ne s’y connaissent pas) et peut avoir de nombreux effets négatifs. Il faut savoir faire la part des choses, demander aux enfants de nous parler de ce qu’ils ont vus/entendus dans leurs jeux (donc communiquer) et réguler son utilisation des nouvelles technologies pour éviter de s’exposer à des risques.

« Pictogrammes : le langage universel »; imprimerie-plancoet.com

 

Posté par BTSGPN2017 à 00:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

II-Les doutes suscités par le Numérique

Une intervention de la loi pour protéger les citoyens

Dans cet article, nous allons traiter du même sujet que dans l’article 5. Le problème est que le stockage de nos données (« Big-data ») est un véritable fléau. C’est le plus gros danger du Numérique connu au 21ème siècle avec le « cyberharcèlement ». Effectivement, le problème est tellement généralisé qu’une règlementation Européenne a due être mise en place. La France est d’ailleurs pionnière en matière de données personnelles, et a créé la loi informatique et liberté en 1978 et la CNIL (Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés).

Sinon, les règlementations au niveau de ce sujet sont plutôt récentes. On a Madrid qui décida en 2009 de renforcer le caractère universel du droit à la protection de la vie privée et des données personnelles des citoyens. Ensuite vient un projet de règlement qui réforme le cadre de la protection des données notamment la reconnaissance du droit à l’oubli (suppression des données à la demande de l’internaute par Facebook, Google etc…) en 2012. Ce projet provient de la Commission Européenne. Finalement, on aura un projet de loi en 2013, proposé par le Gouvernement Français pour garantir la protection des données personnelles et de la vie privée sur internet. Le danger de l’exposition des données privées est donc en train d’être banalisé et surveillé à grande échelle.

En plus de cela vient s’ajouter le cyberharcèlement. Même s’il n’a pas forcément avoir avec le « Big-data », c’est un des deux dangers principaux du Numérique. Le cyberharcèlement est une forme de harcèlement particulière : en effet, elle consiste en la même chose que le harcèlement « classique » mais l’intermédiaire du Numérique est utilisée. Les personnes victimes de cette forme de vice sont humiliées par des messages et autres photos abaissantes. Elles subissent des insultes et autres horreurs à longueur de journées et les réseaux sociaux sont souvent le lieu « idéal » pour harceler. En bref, ceci se termine très souvent d’une façon atroce (suicide par exemple).

Pour conclure cette article, on peut dire que les risques du Numérique sont une fois de plus bien identifiables mais qu’on observe tout de même des « efforts» du côté de la loi pour lutter contre eux.  

« Les exclus du numérique : les chiffres »; emmaus-connect.org

Posté par BTSGPN2017 à 00:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

09 avril 2018

II-Les doutes suscités par le Numérique

Une atteinte supplémentaire à la vie privée

Dans cet article, je vais vous présenter un dernier danger du Numérique. La vidéosurveillance va être notre sujet principal. Effectivement, ici, on peut plus parler de « crainte » que de réel danger. De plus, ce sujet peut représenter un danger ou quelque chose de positif, cela dépend des points de vue.

La vidéosurveillance s’installe de plus en plus dans nos villes. Le principal lieu où elle est particulièrement développée est la capitale du Royaume-Uni, à savoir, Londres. Cette capitale compte un nombre impressionnant de caméras qui surveillent les moindres rues de la métropole. Derrière ces caméras sont postés des agents qui vérifient que tout se passe bien. La crainte vis-à-vis de ces dispositifs est une disparition de toute vie privée par la globalisation de ces caméras, dans toutes les villes du monde entier. Une fois de plus, le Numérique peut porter atteinte à une partie importante de notre vie : celle qui nous concerne uniquement, et que personne d’autre n’a besoin de savoir. C’est le principal problème de la progression du Numérique dans la société, ce qui explique donc qu’une partie de la population refuse cette progression (d’autant qu’elle prend en compte d’autres problèmes apportés par la progression du Numérique).

D’un autre côté, certaines personnes voient l’installation des caméras dans les villes comme une bonne chose. On peut comprendre leur point de vue car ces caméras n’ont pas que des inconvénients : elles permettent tout de même de limiter la criminalité (en dissuadant) et elles sont la source d’une identification de malfaiteurs plus facile (par la reconnaissance faciale). La remise en cause de ces objets modernes est donc nuancée. Doit-on permettre la globalisation de ces dispositifs ou doit-on lutter contre ? Cette question est très ouverte, et soumise à chaque citoyen. De plus, les caméras ne sont pas les seuls dispositifs qui remettent en cause notre vie privée : il existe un questionnement autour d’autres moyens de surveillance, comme les implants électroniques…

En conclusion, malgré les nombreux dangers que présente le Numérique (et nous ne les avons pas tous traités) il poursuit sa « conquête » de la société et s’installe en tous lieux. Il ne faut pas oublier qu’il reste un outil très pratique et que son succès n’est pas anodin.

Posté par BTSGPN2017 à 22:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

III-L'École et le Numérique

Un domaine ardu

Le développement du Numérique dans notre société actuelle ne fait aucun doute. Il devient un outil pour les différentes entreprises mais également pour les lieux de formation. Effectivement, le Numérique se développe et va jusqu’à s’installer dans les écoles ! L’apprentissage du fonctionnement de celui-ci raisonne donc comme une évidence.

Cependant, les choses ne sont pas aussi faciles. Le Numérique est un outil complexe. Il n’est pas si aisé d’apprendre à le maitriser. Seule une minorité d’experts peut se consacrer au codage informatique. Il est considéré comme inutile d’apprendre le « codage » dès la primaire sachant que les langages sont nombreux et que le Numérique est en constante évolution. De plus, la faible réactivité de l’Éducation Nationale ne permettrait pas de suivre le rythme imposé par le nouvel outil. En revanche, il pourrait être intelligent d’enseigner les bases du développement informatique dans les sections scientifiques, car il est voué à être utilisé dans la vie active.

Le développement informatique semble réservé à une minorité de spécialistes et certains cadres de la Silicon Valley apparaissent comme prêts à payer une fortune pour que leurs enfants étudient dans une école « Waldorf », dépourvue d’ordinateurs. On observe donc un contraste entre une volonté d’en apprendre plus sur le Numérique et une volonté de le fuir.

Finalement, les « digital natives » seraient un mythe selon certains enseignants car les élèves n’auraient que des « notions floues sur le fonctionnement de base d’Internet ». Cette déclaration est à nuancer car les élèves ne possèdent peut-être pas de connaissances précises sur le fonctionnement de base d’Internet, mais ils savent néanmoins très bien s’en servir de part les nombreuses heures qu’ils passent à l’utiliser. On peut donc se demander quelle est l’impact du Numérique dans les écoles ?

« Espace Public Le Portail du Numérique »; cbesudluberon.com

Posté par BTSGPN2017 à 22:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,